Helsinki – Quand le rêve tourne au cauchemar

… Il faut garder espoir.

Voici la phrase à laquelle j’ai pensé lors de ma première nuit à Helsinki. La Finlande que je voulais visiter depuis des années, au mois de mars je me suis dit que ce serait cette année ou jamais. Alors j’ai commencé à regarder les prix des billets, des hôtels/auberges de jeunesse, ainsi que des choses à faire/à voir.

Je vous passe les détails de toute mon organisation, néanmoins j’ai regardé des avis de clients d’auberges de jeunesse. Les conclusions n’ont pas été rassurantes, et cela ne me plaisait pas. Et puis, en mai, je me suis inscrite sur couchsurfing, par la même occasion cela me permettrait de rencontrer des Finlandais et, qui sait, lier des amitiés.

Deux semaines, et même quelques jours avant mon départ, je n’avais toujours trouvé personne pour m’héberger. Cela m’a mis beaucoup de pression et de stress, alors j’ai commencé à chercher un hôtel, au moins pour deux nuits. Je suis tombée sur une auberge de jeunesse, qui n’était pas référencée dans mes précédentes recherches, et j’ai réservé pour deux nuits.

La veille de mon départ, et même le matin ainsi que pendant le voyage, je me demandais si je faisais bien, d’autant que je n’étais pas partie toute seule aussi loin aussi longtemps. A la base je devais passer quelques jours à Helsinki, puis à Turku, et enfin à Stockholm.

Lors de mon arrivée, je n’avais pas beaucoup dormi, le temps était vraiment maussade et j’étais donc en stress. En prenant la navette de l’aéroport à la ville, puis le tram jusqu’à l’hôtel, j’ai trouvé la ville très moche, de style germanique, de même que les gens.

Plus tard dans la soirée, je suis retournée en ville, à pieds. Je me suis arrêtée au mcdo pour manger un peu, chose que je n’avais pas faite depuis presque 24h, puis en sortant j’ai aperçu au loin la cathédrale d’Helsinki. Je suis donc partie à sa recherche. Et là, j’ai découvert une partie de la ville qui m’a complètement séduite, malgré le temps plus que nuageux.

Alors le soir dans mon lit j’ai commencé à penser « Quand le rêve tourne au cauchemar, il faut garder espoir ». Dans le même temps, j’ai commencé à me dire que peut-être je devrais rester à l’auberge de jeunesse, parce que j’y avais une sorte d’intimité que je n’aurai pas eue avec le couchsurfing. Cependant, je ne me voyais pas me prendre la tête à chercher un hébergement pour Stockholm, alors j’ai oublié cette idée, de toute façon je n’y tenais pas tant que cela. Ce sera pour une autre fois.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s