Helsinki – le bilan

Les débuts ont été difficiles, tellement que j’en avais des bouffées de chaleur, je ne dormais presque pas, et au final j’ai failli ne pas partir. Cependant, je me suis dit que c’était mieux de partir, et de voir ensuite ce qui allait se passer. De ce fait, arrivée en Finlande, en descendant de l’avion, je n’ai pas ressenti l’excitation que j’imaginais que je ressentirai. Je songeais à rentrer chez moi, presque par le premier avion.

Descendue de la navette, après avoir longé une grande forêt de sapins, à côté de la gare, je me retrouve à chercher où est l’arrêt de tram, puis le sens dans lequel je dois aller, ainsi qu’un ticket que j’ai fini par acheter au conducteur.

Arrivée à l’hôtel, je me présente à la réception et la fille est chaleureuse, même si je ne comprends pas bien son accent. Je discute un peu avec deux autres filles de mon dortoir avant de retourner en ville. Au mcdo, alors que j’étais installée et en train de manger, l’une des employées vient me demander si je ne manque de rien; j’ai halluciné, je ne suis pas habituée à autant de bienveillance. Ce qui m’amène à dire que, oui, les Finlandais sont chaleureux, à partir du moment où vous réussissez à entrer en contact avec eux.

Même si j’étais toute seule, et que j’ai pas eu de vrai contact avec des Finlandais, j’ai quand même entendu quelques informations sur les Finlandais. Des choses un peu comiques comme par exemple le fait qu’ils ne sont pas du genre à sourire, et qu’on leur demande parfois « si leur président est mort » ou encore s’il n’y a pas eu un drame national. Effectivement, une fois qu’on vous l’a dit, les gens ont l’air taciturne, et vraiment pas souriants – ce qui n’est pas valable pour les « commerciaux », largement mieux qu’en France.

De manière générale, les paysages que j’ai vus étaient très beaux. Et dans la mesure où il n’y a que 6 millions d’habitants, enfin un peu moins si on en croit wikipédia, il n’y a que très peu de villes et donc beaucoup de nature. Moi qui aime la nature, je m’y serai sentie très bien si je vivais dans ce pays. De plus, j’adore le finnois, que je trouve très exotique mais qui me rappelle également le hongrois, que je connais de par mes origines.

Je serai bien restée plus longtemps à Helsinki, à profiter cette fois-ci des environs, comme par exemple les parcs, le lac Töölö, les bords de mer, etc. Peut-être faire un peu de shopping aussi, même si j’en ai fait dimanche, oui car les magasins étaient ouverts de midi à 18h.

En tous cas, je n’ai qu’une envie c’est de repartir. Et pourquoi pas à Tampere, dans la région des mille lacs. J’envisage même d’y aller pendant les vacances de la Toussaint! Cette fois-ci, je compte aller en auberge de jeunesse dès le départ, et essayer de rencontrer un ou deux Finlandais pour boire un verre – via couchsurfing – ou peut-être même faire une séance de sauna.

Publicités

Une réflexion sur “Helsinki – le bilan

  1. Finalement, tu as quand même apprécié ton voyage. Ça doit être intéressant à visiter. J’aimerai bien y aller également. Bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s