Voyager seul(e).

voyager seule1

Je pars bientôt à Prague et Vienne pour un petit séjour, et je me suis dit que j’allais vous faire un article – inspiré de Laura que je vous conseille de lire/écouter/regarder – sur le pourquoi du comment voyager en solo.

Pourquoi voyager seul(e)?
– Parce qu’à force d’attendre sur les autres on ne fait rien, et que les voyages forment la jeunesse.
– Tout le monde n’a pas les moyens de s’octroyer un séjour à l’étranger (et même dans son propre pays).
– Les destinations qui vous font envie ne sont pas forcément les mêmes que celles qui font rêver votre entourage.
– Idem pour les dates, vous pouvez partir quand vous le voulez; vous préférez partir en automne alors que vos proches préfèrent l’été, c’est pas grave, c’est vous qui décidez.
– De même que vous décidez de tout. Hébergement, repas, transports, programme… Vous êtes le seul maître en quelques sortes (même si parfois les finances viennent mettre leur grain de sel là-dedans).

Où?
Personnellement, je suis restée en Europe pour le moment, mais je pense que vous pouvez partir en solo partout dans le monde. Même si quand on est une femme il vaut mieux y regarder à deux fois.

Comment?
– En train, en avion, en covoiturage, les solutions sont multiples.
– Pour ne pas trop s’ennuyer, le soir généralement, mieux vaut prévoir de quoi s’occuper : prendre un livre, du papier et stylos et crayons pour raconter vos journées ou dessiner, une tablette pour avoir accès à internet (en plus c’est pratique si vous voulez vous renseigner sur certaines choses).
– En envisageant différentes situations, notamment climatiques, parce que personne ne sera là pour vous secourir (ou alors c’est très rare). Par exemple, prévoir un pull s’il risque de faire frisquet, un parapluie même si vous avez grand soleil (le temps peut changer extrêmement vite), des médicaments (antalgiques), etc.

Quel point de chute?
C’est au choix : hôtel, chez l’habitant, en auberge de jeunesse, camping, etc. Personnellement je ne connais que les auberges de jeunesse (enfin presque, parfois vous pouvez trouver un hôtel moins cher et mieux desservi que les auberges, sinon quand j’étais à Budapest j’ai squatté la colocation de ma cousine). Si je choisis ce mode, c’est qu’on est à peu près tranquille. Ces temps-ci je n’ai pas envie de devoir parler toute la soirée avec quelqu’un, surtout un(e) inconnu(e), mais échanger de temps en temps, créer un lien éphémère, ça ne me dérange pas.

aéroport helsinki vantaa

Affronter la solitude?
Et oui, quand vous partez seul(e) vous y êtes confrontés, c’est indéniable. Pour autant, rien ne vous empêche de garder un lien avec vos proches, c’est aussi pour cela que les nouvelles technologies existent: envoyer des sms, communiquer via facebook ou skype, etc. Personnellement c’est ce que je fais, je ne peux pas être complètement coupée de mon entourage.  Après, il arrive que l’on discute avec vous, ne serait-ce que la caissière du supermarché. A Londres, je me suis fait « aborder » deux fois : par un vendeur du M&M’s world à cause de mon sac du Roi Lion la comédie musicale, et une autre fois par un distributeur de journaux parce qu’il avait vu que je cherchais mon chemin. Et si vous choisissez l’auberge de jeunesse, vous pourrez toujours discuter avec les personnes de l’accueil.

Et la sécurité dans tout cela?
Je pense que seul(e) ou non, cela ne change pas grand chose, à moins peut-être d’être un petit groupe. Jusqu’à présent j’ai eu de la chance, il ne m’est rien arrivé. Je pense que c’est une question de bon sens. Eviter les endroits peu fréquentés (surtout la nuit), ne pas aller dans les quartiers réputés sensibles, ne pas traîner seul(e) après 22h (surtout à Paris) à moins de passer par des lieux assez fréquentés à ce moment là, essayer au maximum de prendre les transports en commun afin de limiter les mauvaises rencontres.
Mais je pense que le plus important est de ne pas avoir peur. Il faut être prudent c’est un fait, sans pour autant tomber dans la paranoïa, qui malheureusement est quelque chose de très français. Et si cela peut vous rassurer, contactez des locaux avant votre voyage pour avoir leurs avis et expériences sur la sécurité, je suis sure qu’ils auront des conseils précieux.

voyager seule2

Des points négatifs?
Oui, forcément. La solitude fait que vous ne vivrez pas cette expérience avec quelqu’un. Vous partagerez des choses, mais personne n’aura vécu la situation en même temps que vous. Par exemple, quand j’étais à Dublin, j’étais partie avec un ami, et c’est sympa de se remémorer et d’échanger ce que nous avons vécu, nos (més)aventures et la gentillesse des Irlandais.
Etre seul(e) peut vous empêcher de faire certaines choses (mais le contraire est possible aussi), comme aller dans un bar ou à une soirée, parce que c’est triste et que vous risquez de vous faire aborder par des lourdeaux. Les repas aussi ne sont pas évidents à prendre seul(e), mais il faut prendre son courage à deux mains, et qui sait vous pourriez peut-être en tirer des avantages (cela ne m’est jamais arrivé, soit les gens sont habitués à voir des personnes seules, soit il faut que je revois mon numéro de Causette ^^).
L’absence de discussions, surtout si vous êtes quelqu’un de bavard. Et encore plus des discussions dans votre langue maternelle.
Tout cela n’est pas insurmontable, et quand on veut on peut.

J’ai expérimenté le voyage à deux et le voyage solo, il y a des avantages et des inconvénients dans les deux cas, et pourtant ce sont deux modes de voyage que j’apprécie.

Des bisous ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s